UA-66654770-1

Kartause Mauerbach (Chartreuse de Mauerbach)
Kartäuserplatz, 3001 Mauerbach, Autriche


Cette église qui est traversée par une galerie du cloître fait partie de la chartreuse de Mauerbach. L’ordre des chartreux a été fondé par saint-Bruno en 1084 et tient son nom du massif de la Chartreuse, près de Grenoble, où se trouve le premier monastère et maison mère, dite la grande Chartreuse. Les moines, contemplatifs (ce qui veut dire qu’ils consacrent leur vie à la prière et à la méditation), sont semi-érémitiques et logent dans des cellules ayant un plan bien défini. Organisées sur un ou deux niveaux, elles étaient constituées d’une antichambre, d’une chambre (cubiculum) et d’un atelier permettant aux moines de travailler.
L'église est traversée par le cloître qui est considéré comme le plus long d'Europe (500 mètres).

L’église est traversée par le cloître qui est considéré comme le plus long d’Europe (500 mètres).

Une galerie du cloître.

Une galerie du cloître.

La chartreuse de Mauerbach, située à l’Est de Vienne, a été fondée en 1314 sous la protection de Frédéric le Bel de Habsbourg et investie par l’abbé prieur Gottfried et 12 moines venant du monastère de Žiče (Slovénie). La communauté s’agrandira jusqu’au premier siège de Vienne en 1529 par les turcs, qui pilleront et ravageront les alentours. Les bâtiments seront ensuite fortement endommagés par le tremblements de terre de Neulengbach en 1590, après lequel, sous le prieur Georg Fasel, le monastère prit l’organisation qu’on lui connait aujourd’hui car le seconde siège de Vienne ne verra la destruction que de l’aménagement intérieur. S’en suivront plusieurs campagnes de décoration jusqu’à la sécularisation de la chartreuse en 1782 par l’empereur Joseph II. Après avoir servi de « centre d’assistance » de la ville de Vienne, puis de foyer d’hébergement pour les sans abris, les bâtiments de la chartreuse ont fini propriété de l’état et sont aujourd’hui occupés par le service des monuments historiques.
L'église avec ses deux annexes (la salle capitulaire à gauche et à droite la sacristie). A sa gauche se trouve le réfectoire qui donnait sur le cloître, alors que l'extrême gauche est occupée par sa galerie Sud-Est.

L’église avec ses deux annexes (la salle capitulaire à gauche et à droite la sacristie). A sa gauche se trouve le réfectoire qui donnait sur le cloître, alors que l’extrême gauche est occupée par sa galerie Sud-Est.

Mettons de côté l’ancienne église des étrangers (église à l’extérieur du monastère pour les visiteurs qui ne pouvaient pas rentrer dans l’enceinte monastique), qui a pris la fonction d’église paroissiale de la commune de Mauerbach; Pour nous intéresser à l’église des moines, consacrée en 1645. Celle-ci a un chevet à trois pans et une nef unique qui est séparée en son milieu par la galerie Sud-Ouest du cloître. Si cette disposition est plutôt insolite, elle avait la fonction courante de jubé. Séparant le chœur des moines de la zone des frères convers, elle permettait ainsi aux chartreux de rester isolés du monde extérieur pendant les cérémonies religieuses (D’autres exemples de jubé « plus ouverts » sont visibles dans l’article sur le dernier jubé de Paris). Lors de la transformation des lieux en « centre d’assistance » et de son utilisation comme hôpital, un mur a été construit entre le chœur des moines et la zone des convers, tandis qu’un plancher a été rajouté dans cette dernière. Le chœur des moines servait alors d’église à l’établissement. Ces modifications ont été ensuite supprimées lors des restaurations récentes afin de retrouver l’état baroque de l’église. On peut aujourd’hui bien imaginer toute la splendeur de la décoration intérieure terminée en 1688 et constituée de stucs et de grisaille (technique picturale proche du « clair-obscur » (chiaroscuro)). Cependant, celle-ci n’a été reconstituée qu’en partie afin de conserver une trace de l’histoire des lieux.
La nef de l'église est divisée par la galerie du cloître: ici la partie réservée aux convers.

La nef de l’église est divisée par la galerie du cloître: ici la partie réservée aux convers.

Seulement une partie de la décoration baroque de la fin du XVIIe a été reconstituée.

Seulement une partie de la décoration baroque de la fin du XVIIe a été reconstituée.

La partie réservée aux moines chartreux.

La partie réservée aux moines chartreux.

Le retable du chœur des moines dont la peinture, œuvre d'Andrea Celeste, représente l'Assomption de Marie et date de la fin du XVIIe siècle.

Le retable du chœur des moines dont la peinture, œuvre d’Andrea Celeste, représente l’Assomption de Marie et date de la fin du XVIIe siècle.

La partie supérieure de la galerie du cloître.

La partie supérieure de la galerie du cloître.

La voûte de l'église est décorée de stucs et de grisailles.

La voûte de l’église est décorée de stucs et de grisailles.


La capitale autrichienne toute proche est très riche en surprise, ainsi je vous conseille d’aller lire l’article sur les vestiges remplis de symbolisme de la plus vieille synagogue de Vienne, sur l’architecte qui s’est représenté dans une chaire à la fin du XVème siècle, sur une villa liée à deux grands artistes autrichiens, sur une ancienne tour de DCA transformée en aquarium, ou encore sur une machine à habiter.

Les fans de Gustav Klimt sont servi avec son unique autoportrait,et la représentation de ses peintures disparues à l’université.

Si vous avez envie de poursuivre dans les paysages alpins en suivant le flux de pèlerins, vous arriverez à Mariazell et sa basilique baroque dans laquelle le gothique est parfaitement visible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *